Biologie de la reproduction

Les techniques en AMP

Clinique L'Hermitage

3 techniques principales sont utilisées aujourd'hui en routine au laboratoire BIOMER.
Le choix de la technique à utiliser dépendra, en premier lieu de la qualité du sperme du conjoint. c'est donc après une évaluation du spermogramme que le biologiste pourra, en accord avec le gynécologue, proposer la technique la mieux adaptée.. :

L'IAC (insémination artificielle avec sperme du conjoint)

Cette technique est employée lorsque, pour une raison quelconque, plus généralement d'origine féminine, les spermatozoïdes ne parviennent pas à atteindre l'ovocyte à féconder.

Après la préparation du sperme au laboratoire, le gynécologue le déposera dans l'utérus. 
Cette intervention se fait par les voies naturelles et est parfaitement indolore.
Les chances de grossesse sont de l'ordre de 10% par insémination. -
en savoir plus

LA FIV (Fécondation In Vitro)

C'est la technique la plus connue et la plus utilisée.
Elle consiste, le jour j0, à mettre en présence les spermatozoïdes et les ovocytes pour obtenir une fécondation à j1 puis un embryon à j2. Ces étapes biologiques font l'objet d'un suivi au laboratoire. Les embryons obtenus seront balenciaga outlet transférés dans l'utérus.
Les chances de grossesse sont de l'ordre de 25% par ponction.

en savoir plus







L'ICSI (Intra Cytoplasmic Sperm Injection)

Cette technique est particulièrement adaptée dans les infertilités d'origine masculine ou après un échec in F.I.V, si la qualité ovocytaire le permet.
Elle consiste à injecter un seul spermatozoïde directement dans l'ovocyte.
Les chances de grossesse sont de l'ordre de 25% par ponction.
en savoir plus

La culture embryonnaire.
Il est habituel d'envisager le transfert 2 jours ou 3 jours après l'insémination en culture ou la microinjection :

Toutefois, dans certains cas le biologiste (en accord avec l'équipe médicale) peut vous proposer de différer le transfert jusqu'à j5 ou j6. Ce délai permet de choisir les embryons ayant le plus grand potentiel d'implantation dans l'utérus. Pendant cette période de culture embryonnaire de 4 jours, les embryons sont donc en phase d'évolution jusqu'au stade de blastocystes.

La congélation, la conservation des embryons.
Que deviennent les embryons surnuméraires ?
Les techniques actuelles permettent de congeler les embryons et de les conserver, pour vous, au laboratoire. Cette congélation et cette conservation ne peuvent s'effectuer qu'avec l'accord écrit des deux conjoints.
Ces embryons pourront être éventuellement utilisés ultérieurement, en cas d'échec de la tentative en cours, ou dans le cadre d'une nouvelle grossesse. Ils seront "décongelés et observés au laboratoire afin de s'assurer de leur reprise de vitalité et pourront alors être transférés dans l'utérus.

La conservation du sperme
Quand il y a altération des paramètres spermatiques, ou pour des raisons médicales, On peut être amené à proposer une congélation des spermatozoïdes.

Les risques de la fécondation in vitro (FIV et ICSI)
Les traitement médicamnteux nécessitent naturellement des contrôles. Des allergies peuvent survenir, et les gestes médicaux (anesthésie, ponction chirurgicale) nécessitent des précautions particulières.
Les hyper-stimulations ovariennes (qui provoquent fréquemment des douleurs abdominales) peuvent nécessiter parfois une hospitalisation.
Les riques majeurs sont :

- les fausses couches (20% environ)
- les grossesse extra-utérines (GEU)
- les grossesses multiples surtout si l'on transfert plus de 2
- embryons.